Raquel Garrido, insoumise… à la Caisse de retraite des avocats

jean-luc-melenchon-et-raquel-garrido-(a-droite)-dans-sa-robe-d-avocate-photo-d-archives-afp-1507059625

Maître G…, toujours prête à défendre le faible et l’opprimé…

Le Canard enchaîné nous fait découvrir la tragique situation des avocats parisiens, dont les revenus ne leur permettent pas de payer leurs cotisations retraite, ni ce qu’ils doivent régler à leur Ordre professionnel. C’est ainsi le cas de la malheureuse Maître Raquel G…, qui depuis six ans, n’a pu régler ce qu’elle doit à la Caisse de retraite des avocats, et ne paye plus l’Ordre depuis un an. Trop prise par ses engagements associatifs, Maître G… a même été obligée de devenir pigiste pour une petite chaîne de télévision.

La misère du Barreau est décidément grande, et l’on rapprochera cette situation terrible d’un autre article du Canard enchaîné du même jour, intitulé « Les clodos des tribunaux« …

Sauf que l’avocate en question est très en vue, puisqu’il s’agit de Raquel Garrido, qui est également porte-parole de la France Insoumise, le mouvement politique de Jean-Luc Mélenchon.

Au-delà de la plaisanterie, on retrouve ici un trait de l’affaire Fillon: on attend de ceux qui prétendent occuper des places politiques en vue qu’ils soient irréprochables. Si pour dérouler votre discours politique vous occupez les écrans télé en permanence et bombardez Twitter de messages, il ne faut pas que l’on pense à chaque fois que l’on vous voit ou vous entend que vous n’êtes pas irréprochable, et que vous ne vous soumettez pas aux règles de la vie en société: travailler en contrepartie des rémunérations que vous percevez, payer vos impôts, payer vos cotisations retraite, etc.

Si le messager est suspect, le message politique ne passe pas…

Raquel Garrido, nous dit le Canard enchaîné, n’aurait pas réglé pendant six ans ses cotisations à la Caisse de retraite des avocats, et elle devrait également un an de cotisations ordinales.

Bien sûr, si Maître Garrido voulait faire appliquer le Code de la Sécurité sociale, elle pourrait refuser de payer une partie de ses cotisations en invoquant la prescription. L’article L. 244-3 du Code de la sécurité sociale prévoit en effet une prescription par trois ans des cotisations et contributions sociales (et les textes sur la Caisse des avocats renvoient à ce régime de prescription).

Mais non, parions que Raquel paiera sans sourciller, après ce regrettable oubli. Heureusement que la presse est là pour servir de pense-bête à nos hommes et femmes politiques, et leur rappeler que les dettes doivent être payées.

Il est tout de même étonnant que ces créances n’aient jamais été réclamées ni par la Caisse de retraite ni par l’Ordre des avocats.

Rappelons que laisser prescrire une créance par négligence caractérise à tout le moins une mauvaise gestion de l’organisme créancier, pour ne pas dire plus.

Pour conclure, regardons dans le passé, dans le glorieux passé des Révolutionnaires avec un grand R.

Raquel est avocate, Fidel Castro l’était aussi, et Che Guevara, le Che, était médecin. A-t-on jamais entendu que la Caisse de retraite des avocats du Barreau de La Havane ait eu des difficultés à recouvrer les cotisations de Maître Castro, ou que le docteur Guevara n’ait pas payé sa secrétaire ?

Bruno « Che » Dondero

Bruno « Che » Dondero

 

 

18 Commentaires

Classé dans Apprendre le droit avec ..., Le droit est partout, Uncategorized

18 réponses à “Raquel Garrido, insoumise… à la Caisse de retraite des avocats

  1. sihem

    magnifique article

  2. Jean. Guy NLOGA

    Très drôle Professeur Che…
    C’est une insoumise…

  3. Chewtchouk

    MCC,
    Sauf erreur de ma part, le délai de trois ans court à compter de la notification de la mise en demeure qui doit elle même viser les trois derniers exercices. Pas sur que la créance soit prescrite d autant qu il y a un report de l exigibilité des cotisations en début d activité (RG a prêté serment en 2011).
    VBD

    • merci pour votre commentaire ! L’article du Code de la Sécurité sociale fait démarrer la prescription à partir du 30 juin de l’année suivante. Une mise en demeure devrait éventuellement interrompre la prescription me semble-t-il.

  4. Insoumise bordel on vous dit…
    Jusqu’au porte-monnaie !
    Belle cohérence…

    • Qui rira bien, pov’mec va !

      • Vous la soutenez ? Et un logement social sans en réunir les conditions, qu’en dites vous ?
        « Qui rira bien » dites vous, non non, même pas, c’est d’une bêtise à pleurer et vous aggravez le cas avec vos menaces à peine voilées qui montrent au fond ce que sont les insoumis et leurs soutiens…

      • C’est çà, on voit de quel bord vous êtes, de celui qui profite bien du système, qui se complait dans la répression des pauvres et qui ne sont que des donneurs de leçons pour le peuple sans se les appliquer ! Mais la roue tourne…

      • Là il n’y a plus de doute cher ami : vous êtes aveugle ou parfaitement idiot. Comme vous m’avez traité de « pov’mec » je me sens autorisé à cette appréciation au titre d’une saine réciprocité.
        En effet, vous ne voyez même pas que la définition dont vous m’affublez (« donneurs de leçons pour le peuple sans se les appliquer ») est en réalité, alors que pour moi vous n’en savez rien, parfaitement adaptée à celle que vous soutenez qui ne paie pas ses cotisations sociales et abuse avec son époux d’un logement social auquel elle n’a pas droit…
        Espérons en effet que la roue tourne comme vous dites, mais pour la faire dégager.
        Je souhaite, nous étant tout dit et cela n’ayant que trop duré, que le blog du professeur Dondero mette un terme à cet échange et ne laisse plus passer les insultes comme celle (« pov’mec ») que vous avez proféré en premier.

    • et pour les cotisations impayées vous n’avez rien d’aussi risible ?

      • je me rends compte que j’ai été très sommaire et comme je crains que vous ne compreniez pas : je voulais dire n’avez vous rien d’autre d’aussi drôle pour expliquer ces périodes d’oubli de payer différentes cotisations et de quitter un logement désormais indu ?
        peut être le Yéti a-t-il une idée mais il l’a gardée pour lui…
        phobie administrative comme Thévenoud ?
        ça se soigne par le dégagisme, non ?
        ayez au moins le courage qu’a eu Hollande pour le débarquer…

      • Comme disait Bourdieu :
        « De même que les prestidigitateurs attirent l’attention sur autre chose que sur ce qu’ils font, le fait divers « fait diversion ». L’évocation du fait divers attire l’attention du public sur des faits qui sont certes de nature à intéresser tout le monde mais « sur un mode tel qu’ils ne touchent à rien d’important »… Si on emploie des minutes si précieuses pour dire des choses si futiles c’est que ces choses futiles sont en fait très importantes dans le mesure[…où elles se substituent] aux informations pertinentes que devrait posséder le citoyen « lambda » pour exercer ses droits démocratiques ».

      • Ben voyons, maintenant la cause du grand complot informationnel qui aveugle le bon peuple, décidément vous ne vous refusez rien et vous gobez tout…
        Et que disent le Yéti et Bourdieu du cas de Miss Simonnet qui bien que payée en tant qu’élue plus de 4000 euros par mois ne veut pas lâcher son logement social tout aussi indu que celui de Garrido pour ne pas à avoir à engraisser un propriétaire privé comme elle dit ? Paie-t-elle ses cotisations à temps elle ?
        Heureusement que le ridicule ne tue pas… on vous regretterait !

      • Mais pourquoi faut-il que les privilégiés attaquent les moins pauvres parce qu’ils défendent les plus pauvres ? Décidement, vous jouez une très mauvaise partition !

      • Je crois que la comédie a assez duré comme çà, d’autant plus que vous vous exposez à des poursuites en diffamation de la part de Madame Simonnet et de Maître Garrido ! Je tiens à vous le faire savoir avant que vous ne dérapiez définitivement ! Bonne journée !

      • Trop drôle…
        Mais je vois que vous avez de bonnes lectures (car moi je ne me planque pas derrière un pseudo), vous allez progresser.
        Vous avez raison sur un point : la farce de ce pseudo dialogue a assez duré
        Allez bon vent !

  5. Pingback: DECODA(NA)GES n°59 – 5 novembre 2017 | DECODA(NA)GES . . . . . . . . . . prénom CHARLIE !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s